Dispatch from - Can Someone meet

Plein Tarif
9,00 € 9.0 EUR
Tarif Réduit
7,00 € 7.0 EUR

Dispatch from - Can Someone meet

Synopsis

(Dispatch)
24 février 2022, les troupes russes déferlent sur l’Ukraine. Passée la sidération, comment répondre ? Pour Marine Hugonnier, il s’agira d’utiliser ses moyens – le cinéma, l’image -, portée par, précise-t-elle en exergue, « une volonté de faire front commun et image commune ». Voilà le programme annoncé. Avec un double geste, d’abord aller à la frontière polonaise, puis une fois arrivée, filmer. Puis faire acheminer des vivres jusqu’à Kyiv. Ainsi en ouverture, inscrit dans un granuleux noir et blanc 16mm, se déploie sous nos yeux un univers familier mais double : une gare quelconque, mais une gare qui convoque aussi toutes les images emblématiques d’exodes dont l’Histoire européenne est tristement riche. Intérieur nuit, lumière blafarde, caméra plantée au cœur d’un couloir bondé. Une foule affairée – des femmes et des enfants surtout -, gestes, brouhaha qui résonne comme une voix commune. Le film se déploie à partir de ce point central, de rencontres en rencontres, en récits multiples, portés par des réfugiés ou par ceux venus aider. Il trouve sa force dans des plans de visages composés comme autant de portraits. Des visages et leurs récits ; le parti pris de les écarter permet le double mouvement, d’écoute et d’attention. Les présences apparaissent suspendues, entre puissance de la parole et présence obstinée des corps à être là, comme cette femme médecin décidée à retourner en Ukraine pour soigner, ou ce jeune homme venu combattre. Faire image commune consisterait alors à impressionner la pellicule avec une caméra comme un « corps projeté dans le présent ». Avec des images qui, bien que tournées en mars 2022, nous semblent déjà, troublant paradoxe, porteuses d’Histoire. Celle d’un moment en suspens, de la guerre comme menace tout juste actualisée plus que comme réalité broyant les corps et les paysages.
(Nicolas Feodoroff)



(Can someone)
Deux jeunes hommes vivent, chacun de leur côté, dans l’espace liminal : soit dans une situation de seuil ou de transition permanente entre deux mondes. L’un de ces mondes, filmé avec une caméra, semble plus « réel » que l’autre, représenté par des images générées par ordinateur (CGI) et exploré par un avatar numérique. Mais rien n’est moins sûr. Car ce que cherche à penser, figurer et raconter le film, c’est bien cette autre réalité que constitue le fait de vivre sur le seuil entre les deux mondes. Pour faire éprouver cette réalité du seuil, les réalisateurs ont imaginé la correspondance qu’entretiennent les deux explorateurs, chacun enregistrant et envoyant à l’autre ses récits de voyage dans la réalité altérée. Les situations alternent entre enregistrement et écoute, voix in et voix off. Le film produit ainsi cette réalité, et le mode d’être flottant qui va avec, en repliant sans cesse les mondes l’un sur l’autre dans l’image audiovisuelle, et chaque fois différemment. Mais qu’ils parlent ou écoutent, une commune absence semble affecter les voyageurs, comme si l’esprit s’était séparé du corps. Cette séparation accorde une étrange liberté : celle de se donner un corps nouveau, de nouvelles puissances de perception et d’action – d’être son propre Prométhée. Au risque de flotter, de faire du surplace dans le suspens du temps, au seuil de l’existence, de l’incarnation même. C’est peut-être ce que vient signifier la ponctuation, au fil du récit, d’un troisième mode de perception : celui des vidéos de surveillance qui filment tout et rien en continu, comme celle qui, braquée sur la place Maïdan le 24 février comme chaque jour, a enregistré pour rien le bruit des premières explosions russes autour de Kyiv. Dans ce film à la fois simple et énigmatique, opaque et lumineux, Gaetano Liberti et Luciano Pérez Savoy convoquent une puissance du cinéma trop rarement employée : celle de manifester, pour l’étudier, une manière singulière ou nouvelle, mais étrangement inquiétante, d’être au monde.
(Cyril Neyrat)

Feuille technique

Date et heure
samedi

9 juillet 2022

21:00 21:50 Europe/Paris
Lieu

Cinéma la Baleine

59, Cours Julien
Marseille 13006
--Cinéma la Baleine--
Obtenez la direction
Organisé par

FIDMarseille

lucdouzon@fidmarseille.org
PARTAGER

Découvrez ce que les gens voient et disent à propos de cet événement et rejoignez la conversation.